Le CHST, centre de documentation et de recherches sur l'histoire des savoirs scientifiques et techniques dans les régions de l'actuelle Belgique

Description de la collection 

Depuis sa fondation en 1980, entre autres missions, Le CHST menait des actions de sauvetage d'urgence de documents scientifiques, techniques ou industriels (instruments, archives, livres, photos...) menacés de destruction, et visait à les rendre accessibles aux chercheurs ainsi qu'à tous les publics.

Cette collection rassemble les objets et instruments récupérés lors du démantèlement de l'asbl. Elle recèle de nombreuses pièces d’un grand intérêt historique, scientifique et/ou didactique. La balance musculaire de Théodore Schwann, classée "Trésor" du patrimoine de la Fédération Wallonie-Bruxelles en 2018, en est un bel exemple. Si, à l’heure actuelle, seule cette pièce a fait l’objet d’une demande de classement, d’autres objets ont attiré notre attention et seront étudiés plus en profondeur dans les années à venir (grand diapason de Koenig, Goniomètre de Giuseppe de Cesàro...).

Comme de nombreuses autres pièces, cette balance musculaire est issue de l'ancien Institut de physiologie de l'Université. Ces objets renvoient à des questions plus que jamais d'actualité sur les limites de l'expérimentation animale. Jusqu'au 20e siècle, les physiologistes avaient fréquemment recours à la vivisection. Leurs expériences entraînaient généralement la mort des animaux-tests (chevaux, chiens, lapins...). Ces méthodes, bien que déjà controversées au 19e siècle, permirent néanmoins des avancées scientifiques majeures. Les travaux de Léon Frédéricq, successeur de Théodore Schwann à la chaire de Physiologie de l'université de Liège, sur la circulation sanguine et la physiologie du coeur chez le chien ont entraîné d'énormes progrès pour notre connaissance du fonctionnement du coeur humain.

Histoire & développement de la collection

Le récolement de cette collection est en cours. Plusieurs locaux de l'Université de Liège, contenant potentiellement des objets d'intérêts, doivent encore être vidés, et leur contenu analysé.

Au fur et à mesure de leur récolement, les pièces de la collection CHST sont conditionnées afin de permettre leur bonne conservation en attendant qu'elles puissent être étudiées plus en profondeur.

 

La collection dans le musée

La grande majorité des pièces de cette collection est conservée dans la réserve du musée. Cependant, certaines pièces ont été mises en évidence de manière anecdotique. Le grand diapason de Koenig, entre autres, a été directement intégré dans le parcours permanent de la Maison de la Science, ainsi que dans plusieurs évènements/expositions temporaires, en plus d’être évoqué dans plusieurs publications sur les réseaux sociaux.


Le CHST de l'Université de Liège et la mémoire du passé industriel wallon

Longtemps, les archives industrielles ont connu un sort aléatoire. Le mérite des chercheurs du CHST fut sans doute, dès les années 1980 de s’y intéresser et de le collecter. Notre souhait [...] est non seulement d’attirer l’attention sur un patrimoine riche, mais fragile par sa nature, et de convaincre de la nécessité qu’il y a désormais à le pérenniser.

Geneviève Xhayet, directrice du CHST

Partager cette page